Manif des chasseurs



Aucun membre de l'Association en est l'auteur !! alors qui ? un agriculteur excédé qui n'est pas membre ? , un chasseur ? Laissons le NCIS trouver la réponse...


Appel de Mr Thomas pour une manifestation des chasseurs...


LOISEY-CULEY : Blog officiel de l'ACCA


Fabrice Noél : entretien avec le président des Robins des champs


Largement mis en cause dans la lettre circulaire adressée par la FDCM55 à ses adhérents publiée dans le Blog assortie d'un extrait de presse et de nos commentaires, le président des Robins des champs ne pouvait que réagir tant en ce qui le concerne qu'à la demande de certains de ses adhérents lisant notre blog.
Avec une moyenne journalière de lecture de 100 pages vues, il est évident que ce dernier ratisse large.

L'audience toujours en croissante confirme son intérêt.


Bien que tenté par une contre manifestation en réponse à celle prévue des chasseurs à Commercy samedi soir, Fabrice Noél et son équipe n'en feront rien, voila de quoi rassurer les services concernés, car du grabuge il pouvait y en avoir.
S'il se défend d'être mêlé personnellement aux derniers événements consistant en des dépôts de sangliers morts, il reconnaît qu'au cours du mois d'août excédé par l'absence de réaction du monde de la chasse il avait bien agit, l'avait reconnu, et comprenait parfaitement que le problème sanglier n'était pas un cas Noél/chasseurs mais bien exploitants en général/certaines sociétés de chasse et plus particulièrement celle de sa commune.
Ainsi Fabrice Noél précise que certaines nuits vers 1 heure du matin, c'est prés de 300 sangliers qu'il est parfois possible d'observer, lesquels ne bougent guère aux pétards et autres moyens d'intimidation développés. Ceci expliquerait peut être le fait que les sociétés traditionnelles au bois, aient pour l'instant des résultats maigrelets, les animaux se tiendraient en périphérie de plaine.
Il estime que si certains présidents d'ACCA avaient mis de la bonne volonté, personne n'en serait là.
Fabrice Noél devait indiquer, qu'en procédant à la récolte de son mais,il avait perdu prés de 12 heures à réparer sa machine, un engin très performant à cause des fils jetés dans le champ, de boulons accrochés aux pommes de pins etc...Ces exactions sans réponse de la part de la gendarmerie jointes aux destructions massives au cours de l'été, ne peuvent qu'appeler de sa part des réactions très déterminées fussent telles devait-il préciser au péril de sa vie, dés lors qu'une finalité est engagée il ira à son terme, car lui et nombre d'exploitants sont excédés.

Et, de poursuivre, en mettant en cause directement le président de la FDCM55 Michel Thomas à ses yeux responsable de la carence des chasseurs.
Le préfet n'est pas épargné, soupçonné de vouloir gagner du temps.
Nous avons expliqué à Fabrice Noél que le président Michel Thomas était le président de tous les chasseurs de la Meuse, les bons les mauvais.
A ce titre il ne peut admettre que des sangliers soient traités comme des " sacs de charbon" et se doit de le faire savoir.

Nous apprécions beaucoup quant à nous, le président Michel Thomas, ce n'est pas facile de tenir " le manche" dans la conjoncture actuelle, partagé entre l'enclume et le marteau, sous entendez l'abondance de sangliers gibier préféré des chasseurs et facture des dégats occasionnés par eux.
Il sait et connait le désarroi de nombre de société abandonnant la partie et ce n'est pas fini. Beaucoup sont en sursis.
Il en connaît les tenants et les aboutissants, mais il est le président d'une association démocratique et n'est pas seul , le conseil d'administration existe.

Nul ne peut lui faire procès de recommander tant par circulaires, que dans les réunions, aux assemblées générales de réduire drastiquement le nombre de sangliers.

Il y est obligé, condamné nous le savons tous. L'avenir de la chasse et de la fédération est en jeu.

Il est possible d'estimer que,

Les récents cas de sangliers tués et placés au carrefour ( voir article presse)
Sont une aubaine inespérée pour faire avaler les pilules constituées de bracelets couteux distribués en abondance aux chasseurs en leur désignant des boucs émissaires représentés par les Robins des champs.

En manifestant les chasseurs oublieront que ce sont les services préfectoraux ayant déterminé le nombre, la fédération le prix, parce qu'il lui faut trouver les fonds d'indemnisation pour payer les dégâts causés par les sangliers dont finalement l'abondance n'est pas le fait des Robins des champs, ni de la fédération, ni de l'administration mais bien uniquement du seul fait des chasseurs eux mêmes et plus spécialement de certains qui nourrissant et donnant des consignes ont joué aux apprentis sorciers et dont plusieurs se sauvent aujourd'hui comme des malfrats afin de se dérober et s'exonérer de leur responsabilité.

N'y a t-il pas incongruité à voir tous ces seigneurs de guerre jeter l'éponge en laissant l'ardoise à ceux restant et en général des sociétés solidaires mais non responsables et non coupables.

Pour autant, nous ne pouvons admettre en chasseur responsable, partisan de l'éthique et du respect du au gibier et au sanglier en particulier de le voir bafoué, lui non plus n'est pas coupable.

Du sanglier on en veut et en voudra toujours, dans le respect de ce qui va suivre.
Tout comme les Robins des champs auront toujours besoin des chasseurs.

Les réponses se trouvent ailleurs. A la fin de l'année cynégétique un bilan pourra établir passif et actif.
Des enseignements retirés, de nouvelles orientations pourront sortir.

Assurément, il y aura de la casse et matière à réfléchir. Des associations auront disparues, peut être beaucoup de sangliers si les bracelets sont réellement utilisés là où c'est vital.

Aussi , une facture dégâts qui fera peut être mal, un peu moins si les tendances mais se confirment, mais du sursis.

Il est trop tard cette saison de pratiquer du tir de nuit ou de la chasse d'été en plaine de manière intensive. Le préfet a raison d'attendre. Mais se doit chiffres en mains dés mars de prévoir un plan d'action.

Quant aux ACCA ne jouant pas le jeu, il existe plusieurs moyens pour les y inciter, la carotte et le bâton.

Cela est du ressort conjoint du préfet, tuteur des ACCA et de la fédération bailleur de fonds.

Pour l'instant tous les deux ont failli.

Encore que le président Michel Thomas a déjà prévu la carotte, faisons lui confiance.

Quant au bâton dans les statuts types d'ACCA consultables sur le site fédéral Internet voici de quoi moudre du grain :

ACCA
-------------------------------------------------------

Elle a pour but dans le cadre du Code de l'environnement, d’assurer une bonne organisation technique de la chasse, de favoriser sur son territoire le développement du gibier et de la faune sauvage dans le respect d’un véritable équilibre agro-sylvo-cynégétique, l’éducation cynégétique de ses membres, la régulation des animaux nuisibles, le respect du plan de chasse et des plans de gestion ainsi que du schéma départemental de gestion cynégétiques.



Elle a également pour objet d’apporter la contribution des chasseurs à la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages.



Son activité s’exerce dans le respect des propriétés, des cultures et des récoltes. Elle est coordonnée par la fédération départementale ou interdépartementale des chasseurs.



Elle collabore avec l’ensemble des partenaires du monde rural et, en particulier avec la commune de son territoire.
---------------------------------------------------

c'est écrit dans les textes, le partenariat agricole/ACCA est obligatoire.

Ne vaut-il pas mieux se servir d'un avocat pour faire respecter l'esprit et la lettre des ACCA que d'un tracteur pour écraser un sanglier ??

Ce serait mieux perçu et certainement plus dissuasif, il suffit de voir quelques arrêts de cours d'appels ( Bordeaux) ayant condamnés des ACCA ne remplissant pas leur mission.

Si en plus des généreux bracelets bien payés, de confortables indemnités étaient rajoutées par les tribunaux, plus d'une ACCA serait de gré ou de force plus royaliste que le roi, à la vue d'un marcassin en plaine le tocsin retentirait dans la vallée.

Nous l'avons connu, c'était il y a seulement 20 ans en arrière.

Sur le site de la FDC55.

Le 15 septembre 2009 FLASH INFO le Président Thomas :

A la suite d’une entrevue que j’ai eue ce jeudi matin avec le Préfet de la Meuse, nous devons déplacer le rassemblement de GIRONVILLE à COMMERCY.
Le rendez vous est donc fixé à 09 h 30 – Place du Fer à Cheval à COMMERCY.
Nous sollicitons une audience avec le Sous-préfet de Commercy. Par ailleurs, notre revendication reste identique avec un slogan : « Halte à l’impunité ».
Comptant sur votre présence.




Un rendez vous Robins des Champs avec la presse est prévu pour apporter notre contre partie face à cette manifestation.

Néanmoins un merci pour les chasseurs et Monsieur Thomas car ils ont mis une pression suplémentaire sur le dossier.

La Manif dans la presse...