Réformer la chasse ! ou revenir à la chasse d'autre fois...

 Dimanche 09 janvier 2011

Sur le blog officiel de l'Acca LOISEY-CULEY



Les pistes de réflexions, des loges de chasse


Les loges de chasses sont des creusets de réflexions.


Avec 50 participants vous avez en fait, plusieurs centaines de points de vue, à travers leurs participation à d'autres sociétés soit comme actionnaires ou invités, sans compter que ceux de la journée issus de milieux les plus divers, parfois d'autres départements apportent un éclairage différent.


Particulièrement visé le secteur de Commercy.


Nombreux s'accordent à dire la nécessité de ramener dans les normes les chasses concernées, dont certaines y vont toutes seules, le sanglier se ferait un peu plus discret.

Reste le plat de résistance: la domaniale.


Il est évident que si ce bastion de la prolifération abusive de sangliers et de leurs dégâts accompagnés, tombait, un grand soupir de soulagement serait poussé par beaucoup.

L'analyse est sévère, aucune ressources naturelles dans ces bois domaniaux , tout y artificiel.
Finalement la responsabilité de la mise aux normes des intéressés, est bien du ressort de l'ONF bailleur principal de l'Etat qui à travers son cahier des clauses générales dispose de tous les leviers.


Pourquoi chercher plus loin, la fédération n'a que de se retourner en matière de financement des dégâts contre la dite ONF, bénéficiaire de ces excés à travers de confortables locations.


L'ONF c'est l'Etat, notre Préfette peut faire si elle l'entend.


Elle peut casser cette chasse, en supprimant les fusions de fusils, limiter le nombre de fusils au strict minimum par lot, plus d'adjudicataires = fin d'un monopole= plus de concurrence.


La fédération dispose quant à elle, d'autres moyens qu'elle n'a jamais pu ni voulu appliquer, différent constamment des décisions inévitables.


Et, pour cause, les domaniales représentent des voix. Et puis le traitement de ce mauvais exemple peut entraîner une cascade vers d'autres forêts domaniales convenablement gérées.


Nous avons entendu, qu'il serait envisagé de faire payer les dégâts aux sociétés visées.


Une bonne mauvaise idée de plus.


L'exigence n'étant pas de soulager la masse des dégâts payables, en les transférant directement, ce qui reviendrait en fait à dire: allez y encore plus, du moment que vous payez!!!


Les agriculteurs des environs ne veulent pas d'argent, ils entendent conserver les récoltes pour nourrir leur bétail, les billets reçus d'une main, sont insuffisants pour racheter de l'autre les matières premières indispensables.


Au surplus, il est totalement immoral de laisser prospérer une activité de loisirs aux dépends de travailleurs au motif qu'ils soient indemnisés.


.... J'ai beaucoup de plaisir à faire du tourisme vert dans vos semis, pas de soucis pour vous, mon assurance vous indemnisera! ! !


Où il y a de la gène, il n'y a plus de plaisirs.
Notre fédération ne peut accepter ce vandalisme payant.


La majoration du prix des bracelets, reviendrait en fait à transférer le montant primaire des dégâts. Par contre en doublant ou triplant et plus si nécessaire le prix, il y a sanction, cette fois le porte monnaie va trembler.


Ne jamais perdre de vue que la vente du gibier équivaut à une bonne part du prix initial du bracelet.
le double ne ramène en réalité qu'au simple, le triple est donc un minimum.


A partir de quel niveau : tout simplement de la moyenne départementale.


Plan de tir également fixé à la moyenne départementale et bracelets à volonté pour le surplus au tarif surtaxé.


Un intervenant, invité, nous a livré plusieurs pistes :


- Chassant dans la Marne, il observe que des hauts lieux connus sont ceinturés de clôtures électriques à 4 fils. Là bas, en général, le bracelet s'achète à la boulangerie du coin. D'indiquer que plusieurs amis ayant eu la possibilité de tuer 4 sangliers et n'ayant et pour cause aucun bracelet puisque chassant le lapin, les circonstances ayant fait les larrons, ont laissé sur place les carcasses, le temps d'aller acheter les bracelets.


- Chassant également dans les Vosges des forêts seraient également clôturées électriquement et bien entretenues ( gel à - 15 entraînant des explosions dues au gel)

Les forêts sont agrainées mais zéro dégâts puisque protégées toute l'année.


Une idée fort intéressante, après tout, il existe des demandeurs de chasses très giboyeuses à l'aide de porte feuilles garnis, pourquoi refuser ce tourisme cynégétique ?


Au contraire beaucoup seraient pour , à condition non pas que les dégâts soient payés mais absents à 100 % par des protections électriques entretenues et au besoin des engrillagements.


Au sujet des clôtures électriques, cet intervenant **a signalé que la chasse en question avait 2 gardes à temps complets pour surveiller les kilomètres de fils, dont les embases de piquets étaient plus propres que le sol de la loge de chasse....


Deux emplois à créer.


A titre indicatif, un petit malin ayant voulu couper les fils se serait vu traîner au Tribunal pour ramasser 9500 € de dommages et intérêts.


Ces forêts sans ressources, ne sont pas prêtes d'en apporter à dame ONF , alors autant ouvrir des chasses commerciales, en enclos, l'Europe des chasseurs y viendraient en cars complets.


La fédération a tout intérêt à conserver la maîtrise des plans de chasse , mais basée sur des critères qualitatifs des forêts et des biotopes locaux et de tarifer sévèrement tous dépassements d'objectifs.

** Merci à lui, on ne s'ennuie pas à son contact, il a du vécu, donc de l'expérience.



Des chasses privées, touristiques aux normes ! on y vient. Que se soit des forêts Domaniales, privés, ou communales, rien n'empêche.
Promouvoir un enjeux économique pour le département avec la chasse...

Ha ! OUI, Mais ! à condition que cette activité économique n'entrave pas et ne cause pas de nuisances et préjudices aux activités voisines. 
          http://www.lunion.presse.fr/article/marne/ils-percutent-un-sanglier-et-secrasent-contre-un-arbre
  • Témoignage d'un automobiliste...      "Alors que nous étions sur la N4 en direction de Paris et précisément avant le Pont de Pagny sur Meuse, nous avons freiné en voyant un camion des pompiers à l'arrêt ainsi qu'une camionnette de sécurité.
    Il y avait d'abord une voiture légère type clio avec l'avant complètement détruit sur notre gauche, contre la rambarde de sécurité ainsi que des morceaux de chair assez importants (taille d'ananas!)
    Nous espérons que la chair venait du sanglier que l'on a vu, mort, sur le côté droit de la route juste après la voiture. C'était un sanglier adulte qui a été complètement décapité par l'accident.
    10 mètres après, il y avait le camion des pompiers et encore 10 mètres plus loin une 2ème voiture type berline avec l'avant détruit.                                                                                       Les 2 voitures étaient vides et nous pensons que les occupants étaient dans le camion des pompiers. Sur la première voiture, les airs-bags ont été déclenchés.                                   L'accident a eu lieu vers 18H00 le Dimanche 15 janvier 2011."
 Mettre en sécurité les routes, les préserver d'une faune sauvage naturelle, oui même normale !! mais quand cette faune devient un élevage pour une activité économique et touristique,

STOP, DES NORMES S'IMPOSENT...             

La chasse aurait bien besoin de faire un séjour SPAS pour se refaire une santé et un stage de bonne conduite pour les plus indisciplines...et même une loi européenne pour une activité économique et touristique honorable,  une bonne réforme !!!