Les dégâts diminuent, mais la facture augmente...

A lire sur le blog de l'ACCA de LOISEY - CULEY


Toujours interessant de consulter les anciennes notes.







Dans cet article de l'Est Républicain paru à l'issue des saisons 2008/2009, notre président fédéral ne pouvait prévoir le futur des saisons suivantes mais avait tracé un chemin bien balisé.


Les dégats constatés à 2.2 millions d'euros sont effectivement repassés sous la barre du 1.7 m€ mais cette saison 2010/2011 probablement repartis à la hausse et en revenir au niveau de l'année évoquée.


Un tour pour rien, la baisse n'ayant été que celle des cours et la hausse toujours à cause de ces maudits cours.


Le nombre de bracelets évoqués 26000/27000 ne correspondait pas aux prévisions réelles de réalisations, mais sous ce couvert de faire rentrer de la trésorerie.

Au lieu de céder le bracelet à son coût réel, il a été fait choix non pas de l'augmenter de 40% mais d'en distribuer artificiellement 40% de plus.


En économie, il n'y a que des chasseurs pour accepter de tels errements.


Il convient d'ajouter que le prix final du bracelet comprend une taxe dite de solidarité à l'hectare calculée à partir d'une certaine alchimie visant en fait à favoriser les gros contributeurs au motif que la recette issue de la vente des bracelets est supérieure aux dépenses du secteur.




Ce système pervers entretient la formule du toujours plus, puisqu'il suffit d'admettre que les recettes soient supérieures aux dépenses.


L'encouragement à peine déguisé d'entretenir les fameux points noirs désignés d'une main, mais encouragés financièrement de l'autre




En oubliant que ces îlots de surconcentrations de sangliers grace à des moyens artificiels d'apports de nourriture sous couvert d'agrainage devenu du nourrissage, arrivent par leur vocation migratrice à conquérir les plaines environnantes et assez loin de plusieurs kilométres, expliquant les arrivées massives en plaine au printemps et leur départ tout aussi massif en saison hivernale, attirés par les remises dans les coupes fourrées et les " gamelles" un jeu faussé cette année par la suspension temporaire d'agrainage.


Notre président est un homme averti bien au fait de toutes les données.


Ainsi dans cet article admet-il la notion de mutualisation des dégâts, reconnaissant bien que le sanglier s'exporte au-delà du périmètre des gros contributeurs.




Pourquoi donc, maintient-il cette fameuse taxe dit de solidarité qui va à l'envers du principe mutualiste, "puisque le crime profite à certains" sous forme de prélèvements de 10/20/30 sangliers aux cent hectares. Facile au nom de la justice de faire payer le prix d'un bracelet de base à tous détenteurs de droits de chasse gros gibier en divisant le montant des dégats par le nombre de bracelets attribués réellement tirables et de supprimer purement et simplement la mécanique de la taxe dite de solidarité à l'hectare ayant un effet pondérateur nocif .


Ne nous y trompons pas, tous ces systèmes sont présentés au vote en assemblée générale, la plupart des votants n'y comprenant rien, vote sans apprécier réellement.


D'en revenir à ce qui est écrit dans le schéma départemental écrit par la fédération elle-même à une moyenne calculée de 5 sangliers prélevés aux 100 ha .


En conséquence d'estimer que toutes sociétés au-dessus de cette moyenne départementale opposable c'est écrit noir sur blanc dans le schéma opposable à tous, est en infraction et doit donc faire l'objet d'une sanction, le principe pourrait être simple, une surcote en pourcentage direct.


Le bénéfice de cette surcote servant au financement des poses et déposes et entretien des clôtures électriques afin de protéger les plaines des invasions de sangliers dues au proliférations hors normes de ces gens.


Concernant l'agrainage, il est utile de relire les déclarations de notre président, envisageant de l'interrompre pendant la période de chasse


Une idée reprise depuis par l'administration et pourfendue depuis.


La lecture de ce commentaire devrait laisser songeur plus d'un ...

Merci Mr Asmus pour cette analyse clairvoyante