Enquête sur la situation du sanglier en France

"ASSOCIATION NATIONALE DES CHASSEURS DE GRAND GIBIER"
_________________________________________________________

L'Association Nationale des Chasseurs de Grand Gibier [ANCGG] a été créée en 1950. Elle est présidée depuis l'an 2000 par Alain François.

Elle compte aujourd'hui plus de 8.000 membres. Sur le territoire, elle est représentée par 74 Associations Départementales et 5 Délégués Départementaux.

L'association rassemble tous ceux qui se préoccupent de l'avenir du grand gibier en France et qui veulent que se développe une chasse rationnelle, sportive.

Ses principaux objectifs sont définis dans la charte des Chasseurs de Grand Gibier qui met l'accent sur :

Le respect de l'animal et de son environnement

Le maintien des équilibres naturels

Le développement des connaissances techniques nécessaires aux chasseurs.

Pour en savoir plus : http://www.capserveur.com/ancgg/index.asp
__________________________________________________________


1 Mai 2009 - enquête sur la situation du sanglier en France
__________________________________________________________
En vue de l'élaboration du plan national de régulation du sanglier décidé par Monsieur Jean Louis Borlool, ministre de l'écologie, l'ANCGG a réalisé une enquête auprès de ses Associations Départementales dont vous trouverez ci-joint les principaux résultats.
télécharger les résultats de l'enquête















___________________________________________________________
Interview de Benoît GUIBERT FND en janvier 2009.

Actions éclaires

Les rendez-vous sont toujours dure à obternir, donc nous avons décidés de provoquer des rendez-vous quand nous avons l'opportunité d'être accompagnés par quelques sangliers sympathisants. Nous remarquons que le rendez-vous est immédiat et cela nous donne l'occasion de relancer le débât et de remettre le dossier sur le haut de la pile...
____________________________________________________
Préfecture de la Meuse...





___________________________________________
DDAF 55...







_________________________________________

Dans la presse...




_________________________________________action anonyme


Actions éclaires sur le site d'ATTON



Suite à l'article de l'Est Républicain qui nous a fait bondir. En effet la FDC 54 investi dans de nouveaux locaux à Atton et à côté va être monté un atelier de découpe
et pour rentabiliser ces 700 000 euros il faudra toujours plus de sangliers.
___________________________________________________________

Une visite du site s'impose.

___________________________________________________________








Comme il est prévu d'y installer;  bureaux,  atelier de découpe et de traitement des carcasses de gibiers ainsi que la commercialisation des produits.
Nous pensons que la rentabilité d'un telle outil nécessite un approvisionnement de gibiers abondant et par conséquent un accroissement de l'élevage de gibier sur des secteurs ou le reliéf y est favorable, c'est à dire en lorraine.
Pour faire part de notre inquiétude, nous nous somme rendus sur place, renforcés par des collégues du 54.

15 sangliers sympathisants nous ont suivis.
Nous avions contacté la FDSEA 54 qui ne pu se joindre à nous car en cour de négociations avec la FC 54.
Sur les lieux personne, ni forces de l'ordre, ni représentants des chasseurs qui ont refusé de nous rencontrer sur nos appels téléphoniques.







Edition de Meuse
nouveaux

NON A L’AGRAINAGE DU SANGLIER


L’agrainage consiste à distribuer des aliments (souvent du maïs) aux sangliers. Cette pratique a été développée au départ pour tenter de dissuader les sangliers de sortir aux moments critiques dans les champs et ainsi d’éviter les dégâts. Mais cette pratique a vite connu des dérives et pour un certain nombre de chasses, c’est devenu du nourrissage intensif. Par endroits, ce sont plusieurs kilogrammes par jour et par sanglier qui sont distribués.

Les conséquences sur le sanglier de ce nourrissage intensif sont multiples mais il occasionne notamment :

- une maturité sexuelle des femelles plus jeune

- la suppression de l’anoestrus donc le développement du nombre de portées par laie

- la multiplication du nombre de marcassins à chaque portée

- enfin, la diminution de la mortalité naturelle des sangliers

L’équation est simple et aboutit à l’explosion depuis une 15ène d’années de la population de sangliers avec pour conséquences entre autres la multiplication des accidents de la circulation, l’augmentation très significative des dégâts aux cultures, la perte de biodiversité et l’apparition de nouveaux risques sanitaires.

Pour revenir à des conditions naturelles de développement de la population de sangliers, nous nous associons avec la Ligue ROC pour lancer cette pétition nationale en faveur de l’interdiction de l’agrainage.


Signez la pétition à l’adresse suivante :
http://www.roc.asso.fr/actu/new_news.cgi?rub=ACT

Vous recevrez un mail de confirmation qu’il faudra valider pour que votre signature soit effective. (Attention, votre messagerie peut le considérer comme un spam)

Pour aller plus loin, voici le lien vers le colloque national sur le sanglier organisé en 2007 et plus particulièrement le chapitre développé sur l'agrainage:
http://www.colloquesanglier.com/documents/acte%20theret.pdf

Enfin retrouvez sur Terre Net la primeur du lancement national de la pétition vers le monde agricole : http://www.terre-net.fr/actualite-agricole/france-local/article-proliferation-sanglier-meuse-agrainage-ligue-roc-hubert-reeves-robin-bois-agriculteur-petition-203-54682.html